Vie d'athlète

Vie d'athlète
Par Laetiah S.

Un sport pas aussi facile qu'il en a l'air

Le trampoline, voici mon sport. Quand je parle du trampoline habituellement les gens se mettent à rire en pensant que tout ce que je fais c'est m'amuser sur la toile et fin de l'histoire, mais c'est bien plus que ça! En gros, mon sport consiste à faire une routine de 10 mouvements. Il faut faire des sauts hauts et difficiles tout en restant le plus au centre possible et en gardant le plus de tenue possible. Ne vous inquiétez pas, mon sport est beaucoup plus compliqué qu'il en a l'air.

Détails importants sur le sport-études

Dans ce texte, je vais vous raconter un peu les «behind the scenes»  de mon sport et de ma vie en tant qu'étudiante-athlète. J'ai commencé le trampoline à ma rentrée au secondaire. À l’époque, j'avais 12 ans ce qui est relativement vieux pour commencer quand on veut avoir une grande carrière dans ce sport. Par chance, je me suis inscrite au programme sport-études de mon école grâce à ma coach qui a su voir le potentiel en moi, même si, à ce moment-là, il était bien caché haha.

Le sport-études est un programme spécialisé pour les athlètes qui veulent performer dans leur sport tout en continuant leurs études. Ceci fait en sorte que j'ai seulement 3h15 de cours par jour et que le reste de ma journée je vais m'entraîner.

Mes périlleux débuts

Dire que mes débuts dans ce sport ont été faciles serait vous mentir. Je vais vous dire la vérité: j'étais assez nulle! Dans ma première année de sport-études, tout le monde était de classe nationale et moi j'étais au premier niveau du provincial, je n'avais aucun muscle et aucune tenue. Je voyais toutes mes amies de ma catégorie gagner et aller sur le podium.

Bien sûre, j'étais heureuse et fière d'elles, mais c'était aussi difficile pour moi de les voir gagner et devoir rester assise à les applaudir. J'étais passionnée, donc j'ai persévéré et en quelques années seulement, j'ai réussi à rattraper mon retard et aujourd'hui je suis fière de dire que je suis la championne canadienne de ma catégorie!

Les difficultés

Pour avoir ce titre j'ai dû travailler fort, même quand les temps étaient durs parce que mes routines ne rentraient pas ou quand j'avais envie de tout abandonner à cause qu'un certain mouvement me donnait de la misère et que j'avais juste envie de partir loin et de vivre sur une île désert, là où chagrin et frustration n'existeraient pas. Et oui, la vie n'est pas toujours rose bonbon. J'ai dû en faire des sacrifices, OH OUI. Ne pas pouvoir aller à une soirée parce que j'ai une compétition cette journée-là, rester éveillée toute la nuit pour étudier pour mon examen parce que la semaine avant j'étais à Calgary ou encore revenir chez moi à 17h tous les soirs parce que j'habite loin de mon lieu d'entraînement.

S'encourager entre filles

Par chance, je m'entraîne avec mes filles préférées qui sont toujours présentes pour moi, ma deuxième famille on pourrait dire. C'est sûr que s'entraîner 15 heures par semaine ensemble, aller à l'école ensemble et même se voir les fins de semaine, ça rapproche les gens et crée de forts liens entre eux. Parfois, à force de se voir aussi souvent, la tension peut monter à un tout autre niveau. On apprend à passer par-dessus et à toujours continuer à s'encourager, même si parfois certaines lâchent la trampo ou changent de club, on reste toujours unies, comme des soeurs.

Les filles du sport-études trampoline et du club de trampoline intercité

L'école parmi tout ça

Pour ce qui est du côté académique, ça va vite, très vite. Avec mes 3 périodes par jour, les cours vont vites et je n'ai pas le choix de bien réussir, sinon ils vont couper mes périodes de sport pour que j'aille en ressources et croyez-moi personne ne veut y aller. Mais ça va, avec le temps on s'y habitue et ça devient tout à fait normal pour nous. La preuve, j'ai fait mes maths et sciences fortes de secondaire 4. De plus, cette année j'ai pris option chimie/physique et maths fortes. Pour l'instant j'y arrive bien. Suffit seulement de se forcer et de persévérer.

Et mon futur pour finir

L'année prochaine sera un tout autre défi pour moi, je devrai allier cégep DEC en sciences natures, garder des bonnes notes pour être plus tard acceptée en médecine à l'université, performer au trampoline et continuer de travailler à temps partiel. Je suis le genre de personne très ambitieuse et têtue, donc je sais qu'avec de l'acharnement je vais y arriver! Bref, en ce qui à trait à cette année, je serai de classe nationale 6 en trampoline et je fixerai mes objectifs de compétition après avoir décidé ma routine pour la saison qui approche.


Laissez un commentaire